Pourquoi j’ai décidé de tout plaquer pour voyager!

J’ai toujours pensé que la vie n’était pas faite pour s’amuser à suivre un chemin prédéterminé par la société! Tu sais, se lever, manger ses petites rôties, dire un petit  »Je t’aime » à sa femme en se dépêchant de lui donner un petit bec rapide, mais sans passion, par peur d’arriver en retard au travail, de se faire gronder par son patron, de possiblement perdre sa job car on a pas été assez licheux de cul et ensuite arriver à son domicile, pleurer à savoir ce qu’on va faire car on a pu de rentré d’argent, on sait pas comment on va payer l’hypothèque, on sait pas comment ceci et cela… Bref, on est perdu et dans le tourment! Pourquoi ?! Simplement à cause qu’on est dépendant de l’argent, dépendant de notre source de revenue, dépendant de vivre au crochet d’une idéologie qu’est celle que nos possibilités se limitent au montant du chèque de paie qui rentre le jeudi dans notre compte de banque! Personnellement, j’ai dit non à tout ça, j’ai dit non à seulement croire que ma vie se résume à mon terrain de 20 mètres par 30 pis tous ce qui se trouve dans ce périmètre : mon char, ma maison, ma tondeuse, ma piscine pis le reste des cochonneries qui y trainent!

Le cheminement!

J’ai toujours eu un fort mépris pour le travail! Se faire dire par quelqu’un et ce, à chaque jour, fait ceci et fait cela.. Ce n’est pas quelque chose de très passionnant! Le fait de devoir toujours  quelque chose à quelqu’un qu’on connait à peine, qu’on se fou même parfois éperdument et ce, simplement car quelqu’un un jour a décidé de le mettre comme notre  »Patron » est vraiment quelque chose de merdeux! Et si on voit le tout à l’opposé, cette personne se fou tout autant de nous! Si un jour la compagnie va mal, croyez-vous que votre patron se souciera plus de vous ou bien de son compte bancaire en péril? La réponse est simple, vous serez toujours le bon deuxième. Vos problèmes, vos soucis et autres qu’une perte d’emploi pourrait causés ne seront jamais une de ses préoccupations!

Que faire alors?

Lorsque j’ai réalisé que pour moi, le travail, c’était quelque chose que je ne voulais pas, j’étais au Cégep! Lorsque j’ai terminé mon Cégep, j’ai essayé de réfléchir à une solution pour pouvoir continuer à profiter de la vie, sans devoir se soucier du travail. Une manière de continuer à vivre, simplement. Je voulais une manière de continuer à être heureux sans avoir à vivre dans l’hypocrisie qui s’ouvrait à moi suite à l’obtention de mon diplôme! C’est donc dans cette perspective que j’ai simplement décidé d’aller à l’Université, pour continuer à m’amuser, à vivre une vie qui me tentait! J’ai donc passé 3 ans à aller à mes cours, faire des mots croisés durant ceux-ci, boire au bar universitaire après les cours et avoir du plaisir avec les copains! Sans obligation, sans stress et sans mépriser ma vie à chaque matin à me demander  »Pourquoi est-ce que j’m’en vais là » ? Mais malheureusement, toute bonne chose à une fin.. Et ce fût en 2013 la fin de mon parcours Universitaire et le début d’une longue impasse!

Et ensuite?

J’étais vraiment une mauviette! Je ne savais pas quoi faire et j’avais une peur bleue de me lancer dans quoi que ce soit car quoi que je déteste le principe d’être derrière un bureau 8 heures par jour, c’était la seule option que je connaissais. La seule option qui est perçue comme convenable et qui, par conséquent, est celle qui est la plus facile à suivre! J’ai donc été une lopette et j’ai commencé ma recherche d’emploi. Il faut noter que durant cette période, nous étions en 2013, l’économie au Québec était à chier et les emplois de bureau étaient vraiment rares, spécialement dans mon domaine. J’ai donc cherché pendant 1 an et demi. J’ai eu quelque entrevues, mais comme plusieurs personnes avaient été remercié et détenaient plus d’expérience, ils étaient assez difficile pour un jeune diplômé sans expérience d’obtenir un poste intéressant avec cette compétition. Malgré tout, après 1 an et demi, j’ai trouvé un poste comme Directeur Général dans un petit village. L’ambiance était à chier, les gens ne faisaient que se plaindre sur ce qui se passait dans le village et il était presque impossible d’aller simplement à l’épicerie sans se faire harceler par un citoyen sur les problèmes du village. C’est à ce moment que j’ai tout plaqué.

C’est ici que le voyage commence!

Maintenant je suis de retour au point de départ! Mais que faire? Est-ce que je désir vraiment prendre la chance de perdre encore 1 an et demi à chercher du travail? La réponse était facile, c’était un non catégorique! Le temps est certainement la variable la plus précieuse qu’on a, et il est certain que plus jamais je ne gaspillerai celle-ci à faire quelque chose qui ne me rend pas heureux! J’ai donc fait une introspection à savoir ce que j’attendais de la vie, ce qu’elle avait à offrir pour me rendre heureux! La réponse était assez simple et sous mon nez, la vie est ce qu’elle m’offre, point. Le fait d’être dans ce monde, à cet instant, est déjà quelque chose d’exceptionnel! Les chances mathématiques que nous soyons qui nous sommes, sur cette terre, sont vraiment assez impressionnantes quand on y pense! C’est donc dans cette optique que j’ai décidé de profiter de cette chance que j’ai d’être qui je suis, dans ce merveilleux monde! J’ai donc tout délaissé, j’ai dit  »Fuck off » à mes dettes, j’ai dit  »Fuck off » à mon pays pour dire  »Bonjour monde ». J’ai donc été sur Amazon avec ma carte de crédit et j’ai simplement acheté ce qui serait dorénavant mon chez moi, mon Backpack et quelques autres trucs qui dorénavant, représentent qui je suis! Avec un billet d’une compagnie d’avion à bas prix, je suis donc parti vers la Colombie! Sans parler espagnol, sans connaitre rien de la région et sans un sous en poche, je suis parti explorer le monde!

Et maintenant, comment se passe ton voyage?

Il va bien! Il va bien! Il y a des jours où je me demande si je serai capable de survivre jusqu’à la fin du mois lorsque je regarde le solde de mon compte en banque, mais c’est pas grave! Car de l’autre côté, il y a toutes les aventures que je vis, les gens formidables que je rencontre et surtout, l’histoire de ma vie que j’écris chaque jour et que je serai fier de raconter lorsque le moment sera venu!

Enjoy Life! Nous n’avons qu’une seule vie, et qu’une seule chance de la rendre merveilleuse!

 

Cheers!

cheers

 

 

 

 

0

Aucun commentaire

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *